Cabaret Boris Vian

« La vie, c’est comme une dent

D’abord on y a pas pensé
On s’est contenté de mâcher

Et puis ça se gâte soudain

Ça vous fait mal, et on y tient

Et on la soigne et les soucis
Et pour qu’on soit vraiment guéri

Il faut vous l’arracher, la vie. »

Conception et mise en scène : Camille Gélin

Assistante à la mise en scène : Juliette Dubloc

L’année 2020 fête le centenaire de la naissance de Boris Vian ! Fascinés par cette vie météore et inclassable, les Assoiffés d’Azur ont décidé de lui rendre un hommage enjoué dans un nouveau Cabaret.

La fulgurante et intense vie de Bison Ravi nous évoque un air de jazz endiablé dans les caves de Saint-Germain-des-Prés, des romans aussi poétiques que crus, des pièces de théâtre d’une absurdité joyeuse, des inventions par centaines, des poèmes abracadabrants capables d’exprimer la fantaisie, le vertige de la vie, mais aussi de faire monter au créneau les déserteurs, faudrait tout de même pas “rester révérencieux”...

Mais il y a “z’aussi” toutes ces chansons qui résonnent, peut-être accompagnées au Pianocktail, véritables hymnes à la vie, à ses drôleries et à ses monstruosités, aux “oncles fameux bricoleurs”, aux “amours qui font boum!” et aux autres “Gudules”!

A l’image de Prévert, Vian est un inclassable, un poète pas sage, un ingénieur de formation aussi habile avec une plume qu’avec une trompette, un joyeux vivant aux multiples angoisses. Dans cette œuvre musicale et bigarrée, aussi sombre que chaleureuse, nous allons chercher à rendre hommage au bouillon de création et d’invention que fût la vie de Boris Vian.

Dans ce Cabaret, nous raconterons notre Boris Vian, la façon dont il résonne encore en nous, avec ce pari: dérouler sa vie en une petite heure. Pour ce faire, nous naviguerons de poèmes (tirés des Cent Sonnets ou de Je voudrais pas crever) en témoignages (ceux de Boris, de ses proches, de ses amis), d’extraits de romans (Vercoquin et le Plancton) en chansons (Le Déserteur, La Complainte du Progrès, La Java des Bombes Atomiques, etc.).

Le temps d’une parenthèse suspendue, nous essaierons de vous insuffler un rythme jazzy, haletant, de vous emmener danser avec nous dans une surprise partie ou dans les caves de Saint-Germain, de faire revivre les morts le temps d’un souffle, et de faire battre leurs cœurs à l’unisson des nôtres, qui ont la rage de vivre et “ne voudraient pas crever sans savoir si la Lune, sous son faux air de thune, a un côté pointu”.

4.png
Boris Vian (1920-1959)

Créateur protéiforme, Boris Vian (plus avantageusement connu sous le nom de « Bison Ravi ») a promené un regard plein de poésie, d’humour et de tendresse sur le monde qui l’entourait. Celui qui savait que sa vie était comptée nous a laissé une oeuvre foisonnante, en tant que poète, romancier, dramaturge, musicien et inventeur.

Avec :

Léa Binsztok

Olivier Debbasch
Juliette Dubloc
Camille Gélin

Félix Geslin
Paul Meynieux

Balthazar Monge
Charles Patault

Trompette, piano et guitare Félix Geslin et Balthazar Monge

Direction vocale Olivier Debbasch

Chorégraphie Léa Binsztok

Création lumière et régie Clément Ménard

 

Merci à l’Atelier costumes du Studio Théâtre d’Asnières pour son aide.